Introduction

L’OSAV et les services vétérinaires cantonaux entretiennent, dans le cadre de leurs activités relevant du secteur vétérinaire public, une collaboration structurée. Formant le Service vétérinaire suisse, ils s’engagent en faveur de la santé et du bien-être de l’homme et de l’animal. Alors que les cantons assument l’entière responsabilité de l’exécution de la législation relative à la protection des animaux, l’OSAV s’emploie à mettre à disposition des moyens auxiliaires tels que des outils informatiques, manuels, check-lists et fiches thématiques, à proposer des formations de base et qualifiantes aux vétérinaires officiels et à gérer des plateformes sur la protection des animaux. L’office organise l’échange régulier entre les divers services vétérinaires cantonaux au sein de la commission permanente Protection des animaux. Toutes ces activités traduisent les efforts fournis par l’OSAV pour favoriser une exécution aussi harmonisée que possible de la législation sur la protection des animaux.

L’objectif premier de cette collaboration intense entre la Confédération et les cantons réside dans l’efficacité des travaux d’exécution. La Stratégie Protection des animaux 2017+ du Service vétérinaire suisse inclut des projets axés sur cet objectif.

Les sujets liés à la protection des animaux revêtent une forte dimension émotionnelle, et le grand public et les médias se forgent rapidement une opinion. Il est ainsi d’autant plus important que les autorités vétérinaires concernées traitent les divers cas avec professionnalisme et adoptent une position uniforme et fondée sur les faits.

En marge des cas relayés par les médias, qui ne concernent généralement qu’une exploitation isolée, les services vétérinaires cantonaux remplissent la mission de contrôle qui leur incombe en vertu de la loi. Ce qui peut apparaître comme une activité routinière exige en réalité de la part des contrôleurs officiels un sens aigu de l’organisation, de nombreuses compétences techniques et un fort engagement personnel pour faire face à des situations souvent exigeantes. Si l’opinion publique prête une attention particulière aux contrôles effectués sur les exploitations agricoles détenant des animaux en raison de leur lien direct avec la sécurité des denrées alimentaires, il n’en faut pas moins contrôler régulièrement chaque lieu de détention d’animaux sauvages autorisé, les établissements détenant des animaux sauvages à titre professionnel, les élevages d’animaux ainsi que les refuges ou pensions pour animaux. Lorsque des manquements et des infractions à la législation sont constatés, il incombe aux services cantonaux de la protection animale de prendre des mesures adéquates pour aboutir à un état conforme à la loi dans les exploitations concernées.